françoise longeard


97 pages
Collection DANS LA POCHE
ISBN : 979-10-97218-14-0

 En écrivant « La Humaine », j’ai voulu évoquer un droit qui me paraît fondamental, le droit de mourir dans la dignité, le droit de pouvoir choisir de mourir en étant encore au plus près de ce qu’on est et de ce qu’on a été, en laissant, à ceux qui nous ont aimé·e·s, l’image d’une vie présente, animée, enjouée, engagée.

4ème de couverture

Mamie Blanche va bientôt mourir, elle le sait, elle l’accepte. Ce qu’elle veut, c’est mourir dignement : en savourant encore du vin rouge, en se révoltant encore contre la barbarie, en s’amusant encore de la forme des mots, de leur sens, de leur genre… et en revendiquant de se nommer elle-même La Humaine parce que quand tu dis La Humaine, ça n’étou e pas le la, ça ne l’apostrophe pas, ça lui laisse une place, tu comprends ? Mais comment Mamie Blanche peut-elle annoncer sa prochaine disparition à la très jeune Lolaloulou avec qui elle passe tant de moments complices ? En inventant une sorte de conte, de légende familiale dans laquelle certaines femmes, dont Mamie Blanche bien sûr, auraient le pouvoir de procéder à un échange de corps et d’âme avec l’animal de leur choix… Un mulot sylvestre, par exemple…


Tarif

Note de l’éditeur

10 euros

La Humaine, pièce de théâtre de Françoise Longeard, est le reflet d’une volonté de trouver comment disparaître sans tomber dans la résignation, en honorant la vie dans la joie pour mieux continuer à s’y déployer, le plus librement possible. Dans une langue espiègle et poétique s’expriment le désir profond de faire naître, transmettre et diffuser une posture authentique et pérenne, un encouragement à convoquer l’espoir en résistant à toutes les formes d’oppression ou de penchant mortifère, discrètement comme une petite souris, délicatement, simplement, ou plus frontalement. Tel est le vœu que Mamie Blanche, inspirée par l’esprit de Marraine, cherche à faire exaucer.